Retrouvez l’interview de Jean-Baptiste Herman sur la vision qu’il a de MilesBooster et des programmes de fidélisation.

L’agence Tips Tank met à disposition des grands groupes son regards et son expertise sur l’innovation, notamment en provenance des startups.

Lire l’interview complète sur le blog de SmartAngels

Jean-Baptiste Herman est spécialiste du marketing et cofondateur de l’agence de conseil en innovation digitale tips tank. En octobre dernier, il a repéré MilesBooster parmi cinq start-ups innovantes à suivre.

 

Dans cet article, vous faites le constat suivant : MilesBooster réinvente les programmes multi-enseignes face à des acteurs traditionnels de la fidélisation qui innovent peu. Selon vous, en quoi consiste l’innovation de MilesBooster ?

Mis à part Flying Blue qui reste assez segmentant, la plupart des programmes multi-enseignes traditionnels ont perdu de leur valeur. Peut être trop chronophages pour les enseignes ou parce que de nouveaux enjeux sont apparus, les offres ont perdu de leur valeur, concurrencées aussi par les offres pléthoriques présentent sur Internet.

MilesBooster réinvente donc les programmes multi-enseignes à plusieurs titres.           Tout d’abord, le nombre potentiel d’enseignes partenaires qui dans ce modèle est potentiellement immense. Cette ouverture totale du périmètre de « earn » est fondamentale pour capter les consommateurs. La deuxième innovation réside dans la simplicité et le gain de temps pour les marques partenaires. On est là dans l’affiliation, les comités réunissant toutes les enseignes n’ont plus lieu d’être. C’est un gain immense de productivité. Enfin, MilesBooster est plus un complément aux programmes de fidélité de chaque enseigne, qu’un élément perturbateur ou concurrent.

En résumé, MilesBooster semble présenter tous les avantages d’un programme multi-enseignes, sans les contraintes.

 

Le paysage concurrentiel dans lequel évolue MilesBooster est dominé par de très gros acteurs (Flying Blue pour n’en citer qu’un). À votre avis, MilesBooster est-il en concurrence frontale avec eux ou bien est-il au contraire complémentaire à leurs solutions ?

La question sous-jacente ici est la suivante : est-ce que MilesBooster a raison d’avoir une proposition de reward reposant uniquement sur les miles aériens ? Je pense que c’est un positionnement très stratégique, pour deux raisons. D’abord, un programme de fidélité très ouvert sur le reward serait beaucoup plus complexe à gérer et peu lisible pour un consommateur aujourd’hui submergé d’offres promotionnelles sur Internet, tous secteurs confondus. Ensuite, le reward unique sur les miles aériens s’inspire du marché US, mais aussi de la bonne performance de Flying Blue et de la démocratisation du marché de l’aérien boostée par les low-cost. Concentrer le reward sur les miles est attractif pour le plus grand nombre, plus simple et plus lisible pour les consommateurs.

 

Vous avez une expertise dans la conception de services et produits digitaux afin de cibler les besoins des clients : pensez-vous que les consommateurs soient prêts à adopter cette solution ?

Il suffit de regarder l’explosion des chiffres du e-commerce pour n’avoir aucun doute là-dessus. Pour les e-commerçants déjà bien installés, la réponse est évidente. Pour ceux qui ont encore du chemin à parcourir en e-commerce, c’est un levier de plus pour progresser plus vite. En se concentrant sur les e-commerçants, à l’heure du passage de la vente physique à la vente digitale, l’offre de MilesBooster est complètement en phase avec l’époque. Et l’essor du paiement mobile va encore accélérer les choses.

 

Quels sont d’après-vous les grands enjeux de MilesBooster et les avantages compétitifs qui permettront à la société de s’imposer durablement sur le secteur des programmes de fidélité ?

Je pense qu’ils sont précurseurs dans leur proposition de valeur. Auprès des particuliers, comme je l’ai dit, mais également auprès des entreprises car c’est un système très simple pour celles qui souhaitent s’affilier, il y a une simplicité de gestion évidente. Enfin, leur autre avantage compétitif selon moi est qu’ils sont scalables : à condition qu’ils atteignent un certain seuil critique, ils ont un très beau potentiel de progression.

La difficulté d’un modèle BtoBtoC, c’est le temps que cela peut prendre d’obtenir les accords des entreprises partenaires, chez qui les cycles de décision peuvent être longs. Pour MilesBooster, ce sera un travail de pédagogie et de réassurance, pour leur faire comprendre que cette offre est complémentaire et non concurrente de leurs programmes de fidélité existants. C’est un travail que MilesBooster a déjà commencé à faire, avec succès, quand on regarde la liste de leurs partenaires. Ils réussiront s’ils continuent d’embarquer dans leur timing les partenaires qui permettront d’entrer dans la vie des gens et de peser sur le marché.

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here